Too Cool for Internet Explorer

Archive for août, 2007

Les anneaux de Buren sur l’île de Nantes, de nuit.

août 29th, 2007 | Category: Psychopathologies

Une nouvelle visite nocturne alors que j’avais mon appareil m’a permis de prendre quelques photos des anneaux de Buren, de nuit, ce qui est bien plus agréable à voir. Pour voir tout ça, on clique sous le lien juste en dessous, comme d’habitude.

Read more

12 comments

Tout doux, lisse [te].

août 28th, 2007 | Category: Psychopathologies

Sur l’idée de cet article de mon cher homonyme, une liste de choses à faire qui me sont venues à l’idée cette année principalement (ou auxquelles j’ai re-songé au moins une fois cette année disons), celles que j’ai réalisées sont barrées et celles en italique sont en cours de réalisation ou bientôt réalisées.

I. Me procurer par tous les moyens envisageables un EOS 5D ou n’importe quelle petite bestiole technologique du même genre.

II. Faire partie d’un groupe de musique.

III. Aller à Paris.

IV. Me constituer une CDthèque d’au moins 300 albums, dont la discographie complète de Dream Theater, Noir Désir, System Of A Down, Chimaira, Agora Fidelio, Psykup, Alice Cooper, In Flames, Spiritual Front, Mogwai, The Clash et les Deftones. (dans un premier temps)

V. Combler mon inculture cinématographique

VI. Ecrire un livre, et par là même cesser de bâcler ce que j’écris.

VII. Pouvoir réciter de mémoire le « To be, or not to be », en anglais.

VIII. Faire plus de trucs stupides et inconscients que la majorité des gens, et en être fier.

IX. Visiter le musée Salvador Dali à Figueras.

X. Mourir à 26 ans d’une overdose.

XI. Massacrer consciencieusement un maximum de gens, si possible au fusil à pompe ou à la M4.

XII. Devenir une référence dans n’importe quel domaine.

XIII. Rétablir la peine de mort pour les gens dépourvus d’humour. (Ou qui ne supportent pas le mien, tant qu’à faire).

XIV. Devenir empereur de la galaxie.

XV. Parvenir à prononcer la phrase « J’suis vraiment motivé aujourd’hui » sans que ça ait l’air ironique.

XVI. Consulter un psy.

XVII. Cesser complètement de regarder la télévision.

XVIII. Faire un road-trip en Australie.

XIX. Apprendre à cuisiner de vrais plats, autre chose que le menu typique du célibataire qui vit seul dans sa crasse en fait.

XX. Arrêter d’avoir de la réticence à envoyer définitivement chier les personnes qui m’insupportent sous prétexte qu’elles sont « gentilles ».

9 comments

The Holy Grill

août 27th, 2007 | Category: Delirium tremens

Vendredi 24 août, de l’an de grâce 03 après Martin Gale, trois des Stupidmen décidèrent de créer un film épico-médiéval, qu’ils reclasseront ensuite dans la catégorie épico-médiévalo-futuriste, pour des raisons de budget. Le film, malgré quelques obstacles Jeanned’arquesque qui faillirent semer la déroute au sein des troupes, fut tourné en moins de deux heures et monté dans la nuit. Cette efficacité hors du commun n’a d’égal que la qualité de réalisation de la chose qui, il faut bien l’avouer, transcende tout ce que vous avez jamais pu voir. Mais trêve de verbage, place aux images (quelle rime).

 

6 comments

Push the button

août 25th, 2007 | Category: Psychopathologies

capture13-10-2006-10250325-08-2007-134722.png

 

Je sais pas vous, moi, lire ce genre de phrases, ça me fait rire. Ouais.

 

Et sinon, je pars faire un film médiévalo-épique [labellisé Stupidmen, bien sûr] qui va révolutionner l’histoire du long millimétrage, à n’en pas douter.

Demain c’est la manif de joie, à Nantes, le tout doublé d’une rencontre cowblog et assaisonné au méchouisme (la même chose en parallèle à Lille, si c’est pas merveilleux.)

Ce qui fait que ce type formidable dors chez moi ce soir.

Une nouvelle chanson de TheReappearance est en préparation, avec la voix de l’auteur de la phrase ci-dessus sur mes mots, as usual.

C’est presque tout, à vrai dire. Et ça va très bien, le reste fait encore plus sourire, assurément.

2 comments

210807 [time_shift]

août 23rd, 2007 | Category: Compulsive logorrhea

Le pluvieux toujours plus vieux m’ennuie, comme il coule, long sur la cendre, tant qu’il fait de la boue des cendres, pour nous descendre encore un peu, toujours au fond. Toujours offert, qu’on nous enchaîne à l’atmosphère rouge irrespirable qui se glisse sans cesse sous ces lisses calices que forment vos bouches esseulées. Pernicieuses comme ces décors de corps sciés, calibrés au millimètres et réfléchis jusqu’à l’aveuglement. You’re so artificial, all of this was faked.

Irrégularités, le tressaillement des courbes. Tape du pied sous le regard terne du sismographe. Ta rage s’arrête au mur, ton ambition au plafond, on ne pense que rarement aux fondations, pas assez dures, certainement. Regarde ailleurs, il y a de la place, et on dirait presque la bonne direction, regarde ailleurs, la nuit tombe, tu fileras droit.

Au matin tu respires le flot du fleuve à plein poumons, trop noyé pour réclamer de l’oxygène, orbites flottantes et loin des trajectoires du vide, de l’éther inexistant. Traîné sur la berge tu regardes les désastres dans le ciel sans réussir à changer de chaîne. Les piles sont encore plus mortes que ton cœur.

2 comments

Evolution in the sky.

août 22nd, 2007 | Category: Psychopathologies

[no comment]

 

dsc05660.JPG

 

dsc05662.JPG

 

dsc05665.JPG

5 comments

reversed answers

août 16th, 2007 | Category: Compulsive logorrhea

C’était ça ou rien n’écrire, il faudra donc tout caser, que de suspensions il n’y ait point, accrochez vous aux lignes, on aura vite fait de sauter, et le monde avec nous, dans une belle débauche qui n’aura rien d’hollywoodienne, on se contente de ses propres moyens, qui le sont bien trop souvent, pas mauvais, juste médiocres, rien ne ressort, le regard passe, en mode infini droit vers le vide, rien n’arrêtera sa course, pas plus un grain de poussière portant ton nom qu’autre chose, et il n’y a pas de raison de penser le contraire, c’est avant tout un problème d’échelle, et rien ne ressort, non, jamais quoi qu’on en pense, alors grimpez, roulez vos cailloux, criez, exposez vous aux intempéries, vous dépenserez encore de l’énergie, rien de plus, rien de moins, vous vouliez qu’il s’arrête le zoom sans fin et quand il passe sur vous, vous souriez de toutes vos dents, mais rien ne s’arrête, rien du tout, non, jamais, et personne n’aura rien vu, alors on rentrera chez soi, l’air fatigué, d’avoir dépensé son énergie, qui aurait pu servir pour l’explosion insignifiante finale, sans doute, et au lieu de ça, des médicaments pour occulter, une bonne chape de flou là dessus, parce qu’on trouvera peut être le bonheur au fond d’un verre, à défaut de se noyer dans un vers d’au-delà, trop éloigné pour qu’on l’imagine même, ou peut être est-ce juste qu’on manque de recul, sous l’eau, le vide derrière soi, encore une fois à se répéter, détestant ça et hurlant silencieusement ces cycles qu’on ne voit pas réellement et qui n’existent sans doute qu’en justification d’un vide inavouable, ou même moins, certainement moins, peut être rien du tout. Non. Jamais.

4 comments

Nymphea + Ondulation au Lieu Unique de Nantes.

août 14th, 2007 | Category: Extraversion,Psychopathologies

En ce moment il y a tout un tas d’expositions sur Nantes, dont deux en particulier au Lieu Unique, que j’ai pu re-voir pour les photographier aujourd’hui, en compagnie d’elle et de lui.

 

Il y a encore un certain nombre de photos, donc comme d’hab, il faudra cliquer sur le lien en dessous, pour voir l’article complet.

Read more

5 comments

Page suivante »