Too Cool for Internet Explorer

Archive for mai, 2008

Ladies and gentlemen…

mai 24th, 2008 | Category: Extraversion

Mon groupe a enfin un nom. Ou « encore », ça dépend du point de vue. Une nouvelle chanson sera peut être enregistrée demain (Look Elsewhere, si tout va bien). Des acclamations pour Elisabeth III, s’il vous plait. (en fait, vous faites comme vous voulez).

Pour les quelques Nantais qui passent par ici, nous serons en concert le 6 juin a 15h au Lycée Clémenceau, dans le cadre du festival des têtes de l’art. (la classe ouais).

Et si je suis pas sur les photos c’est que j’en suis l’auteur. Et franchement, vous loupez pas grand chose.

7 comments

Durs sont mes disques, cruelle est la vie, mous sont mes organes.

mai 23rd, 2008 | Category: Psychopathologies

Je m’en vais vous narrer une histoire qui, je le crois, pourrait tout à fait servir d’illustration concrète à la loi de Murphy (corollaire de Finagle) (voir ici). Personne ne lira ça en entier, mais ça pourra toujours servir en cas de besoin.

Tout commence par un petit souci d’ordre technique (attention, ce qui suit est difficile à comprendre pour des non-geeks, je le crains). Bubus_333, ami de longue date et possesseur d’un Imac (Intel, 21 pouces) me demandait de l’aide pour agrandir la partition Windows qu’il avait créée sur celui-ci (qu’il démarrait bien entendu grâce à bootcamp), afin de pouvoir installer un jeu nécessitant 30go d’espace.

Pour redimensionner une partition, il n’y a pas 36 solutions (pour le peu que j’en connais, (c’est à dire rien ou presque) il faut soit utiliser un utilitaire payant du genre partition magic, soit un cd bootable contenant un logiciel capable d’effectuer la tâche, l’avantage de ce système étant sa compatibilité avec tout type d’ordinateur capable de démarrer sur un cd (à peu près). Le logiciel choisi se nomme Gparted et semble tout à fait adapté.

Nous faisons donc booter la machine sur gparted et allouons 60go de plus à la partition Windows (en prenant sur la grande quantité d’espace libre située sur l’autre). Tout se passe de façon normale, pas de message d’erreur ni rien, il est donc temps de rebooter pour voir ce qu’il en est.

Première surprise, sur l’écran de choix de l’OS à démarrer, Windows XP ne s’affiche plus, il faut donc passer par mac os X. La partition est pourtant affichée sur le bureau, elle a seulement changé de nom. Croyant comprendre ce qui ne va pas, nous relançons gparted pour modifier un petit paramètre, c’est à dire indiquer la partition Windows comme partition de boot. Modification effectuée, redémarrage.

Toujours rien sur l’écran de choix, de retour sur le bureau mac. Et là, plus de partition, rien. Après maintes recherches nous voyons qu’elle est détectée mais non accessible. Malgré toutes nos manipulations par la suite (sous gparted et mac os), rien à faire, la partition semble perdue. Le paramètre qui rend tout cela bien plus rigolo est bien entendu que bootcamp n’est plus disponible pour la version Tiger mais uniquement Leopard et qu’il est donc impossible de se servir de l’assistant.

Pour que les données ne soient pas perdues je vais chercher mon disque dur externe, afin de copier cette partition dessus, pour éventuellement reformater correctement celle du mac et réinstaller Windows dessus. J’arrive chez Bubus_333 en lançant « ce qui serait tordant c’est qu’en plus d’avoir baisé ta partition Windows, on réussisse à foutre mon disque dur en l’air ». Une heure plus tard, tout ça était nettement moins tordant puisque la copie de la partition avant effectivement écrasé mon disque dur, et ses 140 films.

Bilan provisoire : plus de partition Windows, plus de disque dur externe. Murphy nous mène donc 2-0.

Toutes les étapes citées ci-dessus regroupent environ 8h de galère intensive avec moult redémarrages inutiles et tentatives désespérées. Le lendemain je renonçai à récupérer mes données effacées, ayant réussi à repêcher une grosse partie de celles ci…en fragments de 1.43mo. Tant pis, il n’y avait pas mort d’homme, j’ai lâché l’affaire. D’autant que mon disque dur principal semblait ne pas apprécier du tout d’être descendu à 3mo d’espace libre et hurlait littéralement à la mort…

Le soir même, alors que je supprimais laborieusement les 122go de données récupérées inutiles (essayez de supprimer 122 go de données avec autorisations spéciales (qui gueulent à chaque dossier), vous allez rire), coupure de courant quasi générale dans Nantes, pendant plus d’une heure. Les lumières étant allumées au bas de ma rue (à 50m) je l’avais mauvaise, mais passe encore. Le courant revient, je finis ma suppression, l’affaire aurait pu en rester là.

Le lendemain soir, un SMS de la part de Bubus_333 me disant en substance que son ordinateur ne bootait plus. Il s’est avéré que suite à une coupure brusque de courant, son disque dur était devenu soudainement illisible.

Pour résumer : non seulement nous avions supprimé la partition Windows et les données de mon disque dur, mais en plus une foutue coupure d’électricité s’était chargée d’anéantir ce qui restait.

Plus qu’une solution, réinstallation de mac os X. Au moins, son ordinateur est propre, trèèès propre.

Bilan final (pour le moment) : 1 ordinateur reformaté, 1 disque dur vidé, au moins une bonne douzaine d’heures perdues. Victoire écrasante (ah, ah) de Murphy, par KO en trois rounds.

Ajoutons à cela que la dernière fois que j’ai touché à une partition sur un pc, celui-ci, suite à une extinction en plein reformat, refusa définitivement de démarrer… Son propriétaire découvre maintenant les joies de Windows vista.

Vous avez dit « poisse » ?

  • Edit (23/05/08) : rions un peu, je viens de formater mon lecteur mp3 qui a soudainement décidé de se bloquer au démarrage. Je trouve ça tout à fait plaisant.
6 comments

220508

mai 22nd, 2008 | Category: Compulsive logorrhea

Un miroir pâle sans grands desseins, c’est ce qu’il se persuadait de vouloir être sans y croire. Assez assommé de lui-même, il prenait au sérieux cette auto persuasion qui le maintenait en vie. Croire qu’il est de notre volonté d’arborer fièrement le masque trouvé sur le sol, qu’on a imaginé un instant ressembler à son visage. C’était son drame. Il ne s’était pas trompé, pas un instant il n’avait réellement pensé ce qu’il disait, ses convictions affichées avaient la solidité d’un tas de poussière. Pourtant on le croyait, on l’encourageait sur sa voie. Parce que c’était celle qui plaisait, celle qui semblait le mieux convenir. Alors, par manque de volonté, par renoncement, il avait accepté de faire sien ce jeu de autres, il avait accepté de faire croire que l’idée venait de lui, il s’était plié à la volonté de ceux qui modelaient de leur regard son image imparfaite, ce miroir de sa personne qui ne le reflétait pas. La lassitude, était présente jusqu’en ses poumons, alourdissant chacune de ses inspirations, faisant peser son corps un peu plus chaque seconde. Il prenait conscience, il se densifiait jusqu’à vouloir mourir. Trop pesant, amorphe, il tentait de se laisser couler, de se noyer dans son air. Plus rien n’éveillait en lui le moindre intérêt, tout était vain puisqu’il n’était même pas celui qui serait enterré, il mourrait sans que personne ne le connaisse, sans même qu’il se soit reconnu un jour dans ses actes. Toutes ses futilités lui revenaient, tout ce qu’il avait cru être son œuvre, rien. Il n’avait rien accompli qui vaille la peine qu’on s’y attarde et ne laisserait comme souvenir durable qu’une pierre au dessus d’un champ de cadavres.

Comments are off for this post

Enlarge your screen

mai 18th, 2008 | Category: Psychopathologies

trainées

En bref: session photo panoramiques avec Antoine hier soir. Elles ont été rajoutée à mon album flickr et à l’article ci-dessous, mais je vous conseille d’aller les voir en suivant ces liens: Erdre, 50 otages, Les machines de l’île et Ile Feydeau.

1 comment

Panoramiques

mai 15th, 2008 | Category: Psychopathologies

On va finir par le savoir, je suis un névrosé du panoramique, un adorateur du 16:9, un extrémiste de la largeur, en ce qui concerne les images. Je me suis dit que rassembler la quasi intégralité de ce que j’ai pu faire à ce niveau pouvait être une idée intéressante. Cliquez sur les images pour les voir en grand, ensuite vous pouvez faire défiler, c’est magique, c’est technologique, c’est beau (ou presque). Si vous avez des appréciations, critiques, conseils, etc…

Deux options, soit vous regardez depuis ce blog en cliquant sur lire la suite, soit vous allez sur l’album flickr.

Read more

5 comments

Tu connais pas la défintion du furet?

mai 14th, 2008 | Category: Psychopathologies

Dans le cadre de ma formation (étudiant infirmier, 1ère année) j’ai actuellement la joie sans pareille d’effectuer un stage de trois semaine dans une école maternelle privée nantaise (ce stage étant classé dans la catégorie « santé publique », mais là n’est pas le sujet, je doute que des éclaircissements vous intéressent, j’abrège donc), au sein d’une classe de moyenne-grande section.

A cause des ponts divers et variés répartis de façon fort harmonieuse en ce début de mois de mai (indéniablement riant et ensoleillé quand des trombes de grêle ne se déversent pas du ciel), je n’y ai pour l’instant passé que trois jours, dans un état plus ou moins lamentable de décomposition mentale avancée, du fait de mon manque absolument hurlant de sommeil. Mais là n’est toujours pas le sujet.

Il se trouve qu’au cours de ce séjours ma foi relativement court pour l’instant j’ai eu l’occasion de noter plusieurs choses intéressantes. Les voici, en vrac (je rappelle que les enfants concernés ont entre 4 et 5 ans):

  • Il y a plus terrifiant qu’une fille en slim: une fille de 4 1/2 ans, en slim.
  • On peut être un homme, avoir des enfants et être fan de Jennyfer.
  • Il y a plus terrifiant qu’une fille de 4 1/2ans en slim: une fille de 7 ans qui chante Yelle (« Je veux te voir dans un film pornographique, en action avec ta bite« , oui.)
  • On peut citer Michael Youn (« Parle à ma main« , paume levée en direction du visage du petit camarade, parfaitement.) et parler des Mystérieuses Citées D’or sans avoir la moindre perception d’un éventuel contraste entre ces deux actions.
  • A cet âge, lors de certains jeux, on résume des centaines d’années d’histoire politique en 3 minutes chrono. Exemple: un gamin pique une crise parce que « personne ne veut [le] laisser être le chef » (dictature, ou PS en période pré-campagne des présidentielles), ses amis arrivent, déclarent « et si tout le monde était chef? » (communisme, concept théorique) pour finalement conclure à la majorité (démocratie) que « personne ne serait chef » (anarchie).
  • La délation est pour ces enfants absolument banale, mais en très grande majorité féminine. On en tirera les conclusions qu’on veut.
  • Il existe réellement des enfants qui aiment les épinards à la béchamel de la cantine, j’en ai vu un vrai, de mes yeux (j’étais dans ce cas moi aussi mais les gens doutent de la véracité de mes affirmations).
  • Dans cette même cantine, il est possible de voir un petit garçon noir (typé africain, pour le politiquement correct) affirmer « Christophe Maé, c’est mon grand frère » et une petite fille blanche (typée caucasienne, idem) lui répondre « c’est mon grand frère aussi ». Le tout sans qu’aucun des deux ne se départisse d’un sérieux inébranlable ne laissant guère deviner si l’un croit le moindre des dires de l’autre.
  • On m’a demandé plusieurs fois le nom de ma femme, et celui de mes enfants. J’en conclus que je suis un rebut du XXème siècle et que dans quelques dizaines d’années ma date de naissance inspirera des questions aux enfants à propos du moyen-âge, quand j’étais petit. (faire ce constat a 19 ans n’est pas une chose si amusante qu’on le croit).

- – - – - – - -
Le titre vient de .

11 comments