Too Cool for Internet Explorer

août 26

Evil shampooing empire

Categorie: Delirium tremens

Ce matin, plein d’énergie, après avoir écrasé impitoyablement mon radio réveil comme à l’accoutumée, je dus faire face, à mon grand désespoir, à une réalité qui jusque là ne s’était jamais imposée à moi comme telle jusqu’à ce jour.
Je prenais ma douche, fredonnant les paroles de « L’île aux enfants » sur l’air de « Maréchal, nous voilà » ou le contraire, je ne sais plus trop bien (j’aime redéfinir la notion de « bon goût » en m’ébouillantant de façon à nettoyer mon épiderme jusqu’à ce que mort s’ensuive). Bref, tout allait bien, l’eau coulait, le savon moussait et les géorgiens agonisaient. Jusqu’à ce que mon regard se porte sur un flacon vert d’apparence anodine.

Là bien entendu c’est le drame, plus d’eau qui coule, le savon se contente de se liquéfier dans son coin, les tchétchènes finissent de mourir, les violons se font menaçants et au loin la tempête hurle sur les marins du port de brest.

J’expose ci-dessous l’objet de l’angoisse absolue :

Oui, bien entendu, je suppose que vous ne voyez pas où est, au juste, le problème (mis à part le fait que je scanne des bouteilles de shampooing par flemme de le prendre en photo, oui). Je sais, ça ne semble pas si terrible. Et pourtant…

Lisez bien les trois premières lignes.

Maintenant, partons du principe qu’il existe, généralement trois sortes de shampooings (hors spéciaux, je vois déjà les pinailleuses de presser au portillon) ceux pour les cheveux secs, ceux pour les cheveux gras et ceux pour tous types de cheveux. Bien. Mais celui-ci est pour cheveux « normaux ». On peut déjà se demander ce que l’on entend par là, sachant que généralement les gens normaux à la télévision font 1m78 et du 90C, quelque chose comme ça (oui, c’est un drame dans ma vie, je suis trop grand et n’ai pas assez de poitrine, tout juste du A, et encore, pas de quoi scarifier un raton-laveur). et ont des cheveux de 1m de long, blonds, soyeux et aguichants.
Mais admettons que ce « normaux » veuille vraiment dire des cheveux non-télévisuels. On nous apprend que, même si on n’a les cheveux ni secs, ni gras, ni âbimés, ni pleins de pellicules, ni teints en orange-à-pois, ni fluril, il y a ENCORE un problème. Ils ne sont ni forts ni brillants, voilà la vérité.

Je veux bien qu’on demande à un catcheur d’être fort, à un physicien d’être brillant. Qu’un homme combine les deux c’est déjà une belle performance et je ne peux pas citer beaucoup d’exemples de tels cas dans mon entourage. Mais qu’on demande à mes cheveux de réaliser un tel prodige, voyez-vous, ça me tue. Quand bien même mes cheveux n’auraient rien à se reprocher, seraient français depuis plusieurs générations, strictement hétérosexuels et voteraient UMP ou PS, ça n’irait pas.

Alors franchement, avec les cheveux que je me paie, je ne vois même pas pourquoi je ferais un effort. C’est décourageant et humiliant, je crois que je vais me faire des dreads.

6 commentaires

6 commentaires pour le moment

  1. petrifiedeyes août 27th, 2008 8:47

    Hahahaha, utain tu reviens en forme !
    Ca fait longtemps qu’on n’avait pas eu le droit à un article du genre, je crois que ça me manquait… ou pas. ^^

  2. Sandyl août 27th, 2008 15:19

    Rassure moi, cet article composé essentiellement d’une analyse pertinente qui ressemble vaguement à celles d’un quelconque personnage avec une hache, une salopette, un air NORMAL!!, une banane, vivant dans une forêt du Québec, ne serait-il pas par hasard une simple diversion pour nous révéler un message (surprenant venant de ta part) annoncé discrètement qui ne serait autre que celui de te faire des dreads ou de faire un effort?

  3. Lucja août 28th, 2008 0:10

    « Bref, tout allait bien, l’eau coulait, le savon moussait et les géorgiens agonisaient. » <<< il faut absolument que je la ressorte celle-là, elle est géniale.

    Très honnêtement, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi sur tout. Tes cheveux sont forcément forts au vu de tout ce que tu leur inflige (ne me regarde pas comme ça et sens-toi coupable).

    Et je ne suis pas une pinailleuse.

  4. la petite fleur violette septembre 8th, 2008 20:29

    Tes cheveux sont très beaux comme ça, ils n’ont pas besoin de devenir plus forts et plus brillants.

    (j’ai regagné quelques points, là? …)

  5. soizenettaistoi octobre 26th, 2008 16:55

    C’est là que je me dis qu’à ne te lire que trop peu souvent, je passe à côté de choses vraiment essentielles, merde.
    Longue vie à tes cheveux.

  6. Undermyskin novembre 4th, 2008 21:40

    Je suis tombée un peu par hasard sur cet article (bon ok le hasard s’appelle Serviteur)que j’ai lu avec plaisir. Je ne m’étais jamais posé cette question « quelle est la définition de la normalité à travers l’exemple de Fructis ? ». En effet, je fais partie de la catégorie « cheveux abîmés »…ceux que les spots publicitaires appellent « cheveux cassés et secs » et qui mettent en scène une petite fille effrayée par la chevelure de sa maman. En clair, j’ai beaucoup aimé ton analyse et je ne lirai plus jamais les étiquettes de shampoing Fructis de la même manière.